Le général de Guillebon rétorque à la députée socialiste que les Saint-Cyriens avaient légalement le droit d’honorer l’anneau de Jeanne d’Arc.

Publié le par Michel

      Le général de Guillebon rétorque à la députée socialiste que les Saint-Cyriens avaient légalement le droit d’honorer l’anneau de Jeanne d’Arc.

Sylviane Bulteau, député socialiste, s’est indignée de l’hommage que les Saint-Cyriens en grand uniforme ont rendu à la libératrice de la Patrie, au Puy-du-Fou, à travers le retour en France de son anneau, après 600 ans. Philippe de Villiers a mentionné dans son discours, cette présence des soldats de la Grande école militaire de Saint-Cyr, qui avaient obtenu la permission de leur général d’être présents à titre personnel, à l’occasion extraordinaire du retour de la seule et unique relique qui reste de la Sainte Pucelle, libératrice de la France. Contrairement à ce qu’affirme la députée, il ne s’agissait absolument pas d’un spectacle, mais d’une cérémonie.

Les Anglais, après avoir confisqué et volé l’anneau de la Sainte en 1431, sur lequel était inscrit sa devise: Jhésus Maria, ont aujourd’hui l’audace inouïe d’oser le réclamer au Puy-de-Fou qui l’a remporté aux enchères à Londres. Le paradoxe est que cette seule et unique relique de Jeanne d’Arc a fait son retour en France, involontairement sauvée par le Roi d’Angleterre ainsi que l’expliquait un précédent article. Comme au Ciel les hasards n’existent pas, ce retour ne peut qu’être un divin signe d’espoir et d’encouragement pour la France, ainsi que le mentionne en conclusion de son intervention (ci-dessous), le général de Guillebon.!

Décidément Jeanne d’Arc n’a pas fini de susciter la haine de l’anti-France, puisque voilà maintenant une député socialiste qui:

« s’émeut auprès du ministre de la défense de la présence des Saint-Cyriens en Grand Uniforme au Puy-du-Fou lors du retour de l’anneau de sainte Jeanne d’Arc, en arguant notamment que le chant choisi, à savoir « Heureux ceux qui sont morts » de Charles Péguy, avait une connotation catholique. »

Le général (2S) Alain de Guillebon, aujourd’hui à la retraite et qui n’est donc plus soumis au devoir de réserve, lui répond sur RCF en justifiant la présence de ces Saint-Cyriens au Puy-du-Fou. Il explique notamment que les Saint-Cyriens étaient présents à titre personnel et qu’ils y avaient été autorisés par le général commandant leur école. »

Commenter cet article