UE : Philippe de Villiers propose une résolution alternative

Publié le par Michel

L'eurodéputé Philippe de Villiers répond à son tour aux internautes qui l'interrogent sur le projet de résolution européen :

V"L’idéologie du genre(ou gender) se répand en France et en Europe à une grande vitesse, comme en témoignent en France les récents débats fondamentaux autour du mariage dit « pour tous ». 

Cette tendance à la confusion et à la déconstruction de l’identité est propagée allègrement par les institutions européennes, éloignées, abstraites et soumises à diverses influences idéologiques.

Le rapport de Mme Estrela auquel vous faites référence sur « la santé et les droits sexuels et génésiques » en est le signe manifeste. Sous cet intitulé abscons, ce rapport invite l’Union européenne  à encourager en Europe et dans le monde des pratiques telles que la procréation médicalement assistée sans motif légitime,  une conception restrictive et partiale de l’éducation sexuelle auprès des enfants et des jeunes mais encore la promotion de l’avortement dans les politiques de développement, etc.

Aussi, Philippe de Villiers a-t-il co-signé au nom de son groupe parlementaire ELD une proposition alternative visant à remplacer ce texte néfaste et invite les élus français véritablement opposés à la PMA, à la GPA ainsi qu’aux ingérences indues de l’État (ou de lobbys) dans l’éducation des enfants à soutenir cet amendement lors du vote du mardi 22 octobre. 

Philippe de Villiers rappelle également que le principe de subsidiarité doit être respecté et l’invasion normative et idéologique de Bruxelles doit prendre fin au plus vite. Le Mouvement pour la France considère qu’il ne peut y avoir de défense de la famille, il ne peut y avoir de défense de la vie dans une Europe des commissaires, des technocrates et des savants-fous irresponsables. Nous ne pouvons défendre ces valeurs que dans une Europe des peuples.

Vous connaissez la fermeté et l’engagement constants de M. de Villiers pour défendre les fondements de notre société et la véritable dignité de la personne humaine en France et au Parlement européen. Cette détermination n’a pas faibli.

Vous trouverez au lien suivant le texte du rapport d’initiative de Mme Estrela ainsi que la contreproposition déposé par Philippe de Villiers et autres au nom du groupe ELD en ouvrant l’amendement n° 1 : http://www.europarl.europa.eu/sed/reports.do"

On y lit notamment :

"[...] 2.   invite les États membres à inclure la promotion des méthodes (naturelles) de planification familiale dans leur politique de santé publique, à fournir des informations neutres sur le syndrome de stress post-abortum et à garantir un accès immédiat et universel au traitement de ce syndrome, offert dans un environnement sûr et exempt de jugement moral; [...]

4.         rappelle qu'aux termes du paragraphe 8.25 du programme d'action de la Conférence internationale sur la population et le développement: "L'avortement ne devrait, en aucun cas, être promu en tant que méthode de planification familiale. [...]

5.   rappelle que l'avortement n'est mentionné dans aucun traité international contraignant des Nations unies relatif aux droits de l'homme et qu'il n'existe aucun droit à l'avortement en droit international, que ce soit en vertu d'un traité ou du droit international coutumier; rappelle qu'aucun traité international des Nations unies juridiquement contraignant ne peut être invoqué comme créant ou reconnaissant un droit à l'avortement; [...]

8.   défend le droit à l'objection de conscience, en tant que droit de l'homme universel, ainsi que la responsabilité de l'État de garantir que les patients aient accès à des soins médicaux légaux dans les meilleurs délais, en particulier pour ce qui est des soins médicaux d'urgence en matière de santé prénatale ou maternelle; rappelle que nul hôpital, établissement ou personne ne devrait faire l'objet de pressions, être tenu responsable ou subir des discriminations d'aucune sorte pour son refus de pratiquer, d'accueillir, d'assister ou de subir un avortement ou tout acte qui pourrait provoquer la mort d'un fœtus ou d'un embryon humain, quel qu'en soit le motif;

Publié dans Europe

Commenter cet article