Emmanuel Macron doit se rendre vendredi au parc à thème du Puy du Fou, fief du très droitier Philippe de Villiers.

Publié le par Michel

Emmanuel Macron doit se rendre vendredi au parc à thème du Puy du Fou, fief du très droitier Philippe de Villiers.

Partager ce contenu

Après Jeanne d'Arc en mai dernier, le Puy du Fou en fin de semaine. Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron se rendra vendredi dans le parc à thème historique vendéen, une réussite économique incontestable mais qui reste attachée à sa figure tutélaire et fondateur, le souverainiste Philippe de Villiers, vieux briscard de la droite de la droite. Une première pour un ministre socialiste depuis la création du parc en 1978.

Au printemps, le locataire de Bercy avait déjà surpris son monde en prononçant un hommage appuyé à la Pucelle d'Orléans lors d'un déplacement très médiatique à Orléans. Une façon bien à lui de marteler son credo "ni de gauche, ni de droite".

"Elle était un rêve fou, elle s'impose comme une évidence", avait lancé le ministre au sujet de la bergère de Domrémy, un symbole mal aimé par la gauche française et depuis longtemps abandonné à la droite et l'extrême droite. La sortie avait fait jaser, les élus locaux socialistes en tête qui dénonçaient les manœuvres de "politique politicienne" du ministre alors en plein lancement de son mouvement transpartisan "En marche".

Mais vendredi prochain, l'entourage d'Emmanuel Macron est catégorique, il ne faudra pas s'attendre à de nouveaux élans lyriques du ministre lors de son passage en Vendée. Le ministre fait juste le "job", un point c'est tout. Il ne sera pas là pour parler des ses ambitions personnelles, ni pour disserter sur l'histoire de France, ou pour inscrire - entre les lignes - sa propre trajectoire politique dans le roman national. Il s'agit d'un déplacement à "caractère ministériel", insiste-t-on :

Toutefois, la tentation sera forte pour Emmanuel Macron et la visite du Puy du Fou s'inscrit parfaitement dans l'opération de séduction lancée par le ministre juste avant la rentrée. Une offensive médiatique qui le propulse encore cette semaine en couverture de "Paris-Match", aux côtés de sa femme - et d'un nudiste -, dans l'une des désormais traditionnelles "cartes postales" que les hommes et femmes politiques distillent chaque année à l'adresse des vacanciers.

Le passage dans le parc à thème devrait d'ailleurs être le point d'orgue du tour d'Emmanuel Macron dans la région. "Le ministre sera au Puy du Fou pour découvrir quelques-uns des spectacles du Grand Parc avant d’assister à la Cinéscénie du Puy du Fou en soirée", explique le communiqué de presse du parc. De quoi largement satisfaire les photographes. De son côté, Bercy précise qu'une "rencontre" entre le ministre et des saisonniers employés du parc est également prévue. Tout de même.

Malmené lors de plusieurs déplacement depuis le début de l'année - épisode du costard, jeux d’œufs à Montreuil -, le ministre pourra s'avancer vendredi en territoire déjà conquis, ou presque. Son hôte, Philippe de Villiers a déjà plusieurs fois fait état de sa sympathie pour un jeune ministre "scintillant" et "pétillant". En bon adorateur de Jeanne d'Arc, le fondateur du Mouvement pour la France avait d'ailleurs salué l'intervention du ministre à Orléans en mai dernier, qualifiant son hommage à la Pucelle d'"élégant, très agréable et pas sectaire". Le genre de compliments qu'Emmanuel Macron aura à cœur de récolter vendredi... et dans les mois qui viennent.

Lucas Burel

Commenter cet article